Saint Arroman

Saint-Arroman accessible par la D150 est bordé au nord par Lourties-Monbrun, à l’ouest par Masseube, au sud par Esclassan-Labastide et à l’est par Saint-Elix-Theux. Traversée par le Sousson, la commune offre de belles perspectives sur les Pyrénées.

Saint-Arroman (Sent Arroman en gascon).
Arroman proviendrait de la version gasconne du prénom occitan Roman.

Mairie

Adresse : Village 32300 SAINT-ARROMAN
Tél/Fax : 05 62 66 05 69
Mail : rf.eg1508719373naro@1508719373namor1508719373ra-tn1508719373ias.e1508719373iriam1508719373
Maire : M. Jean-René BRUN
Secrétaire de mairie : Mlle Juliette MARTIN
Heures et jours d’ouverture : Mardi 8h30/12h30

Des chiffres

Altitude : 239 m
Superficie : 11,97km²
Population : 146 habitants

Les élus

Maire : BRUN Jean-René
Adjoints :
1er : Mme BUCKVALD Estelle
2ème : M. ROY Elie
3ème : Mme BARABINI Michèle
Conseillers
Mme LABURTHE Sylvaine, Mme POURQUET Marie Christine, M LABURTHE Philippe, M LESAGE Thierry, M BAVEREZ Michel-François, M GERVASONI Roger, M VILLENEUVE Jean-Marc

Scolaire

École : Masseube
Transports scolaires : oui

Festivités-Animations

  • Fête locale : 2ème week-end d’août
  • Concours de belote d’octobre à mars

À voir

  • L’église
  • L’ancien château
  • Motte féodale

Historique

Le toponyme de Saint-Arroman a évolué au cours de l’histoire. À la Révolution, le village est connu sous le nom « Égalité-Sousson » avant de reprendre celui qu’on lui connaît aujourd’hui en 1822 lorsqu’il fût associé aux communes de Clarens, Lembège et Gaujac.
Saint-Arroman se trouve sur le site d’un ancien château-fort et de son église castrale. Les seigneurs des lieux sont souvent cités au XII° siècle. Le château est mentionné pour la première fois en 1265 dans les pouillés de la province d’Auch et les châtelains sont cités dans le cartulaire de Berdoues datant des XII° et XIII° siècles. Actuellement, l’ancien château accueille la mairie et des logements communaux.
Une légende dite « des enfants pleureurs » est associée au village. Autrefois sur la commune de Gaujac, était située la chapelle Saint-Victor. Cette chapelle répertoriée jusqu’au début du XX° siècle et aujourd’hui détruite, attirait les enfants atteints d’une maladie qui les faisaient pleurer « lous plouradous ». Pour les soigner, un évangile leur était lu au sein de cet édifice. Saint Victor était vénéré à Saint-Arroman et un vitrail à son effigie est visible dans l’église.