Lalanne-Arqué

La commune de Lalanne-Arqué est accessible par la D139 et la D576. Elle est limitrophe des départements de Haute-Garonne et des Hautes-Pyrénées. Elle borde le lac de la Gimone: lors de sa mise en eau en 1992, 115ha de la commune ont été immergés.
Le village centré autour de son église du XVè siècle est un petit bourg verdoyant qui offre une extraordinaire vue sur la chaine pyrénéenne.

Lalanne-Arqué (La Lana Arquèr en gascon) provient du gaulois « lande » (vaste espace non cultivé) et de « archer » (tireur à l’arc) car il est évoqué la présence d’archers pour défendre la cité.

Mairie

Adresse : Le village – 32140 Lalanne-Arqué
Tél-fax : 05 62 66 99 60
rf.oo1498683363danaw1498683363@euqr1498683363a-enn1498683363alal-1498683363ed-ei1498683363riam1498683363

Maire : BONNET Thierry
Secrétaire  : Mr SALAZAR Yves
Heures d’ouverture : Samedi de 10h00 à 12h00

Les élus

Maire : BONNET Thierry
Adjoints
1er : CARRAOUE Daniel
2ème :FERRERE Patrick
Conseillers municipaux :
MOTHE André, LOZES Jean, CHATAIGNER Emmanuel, MONCASSIN Monique, NOTE Sandrine, BONNET Philippe, DE PIZZOL Doriane, DAURIAC Martine.

Des chiffres

Altitude : 340 m
Superficie : 11,15 km²
Population : 155 habitants
Nom des habitants : Lalannais

Distance
Auch : 43 km
Toulouse : 87 km
Tarbes : 74 km

Festivités-Animations

  • Fête communale le dernier week-end de juin
  • Salle des fêtes (renseignements auprès de la mairie)
  • Atelier d’écriture et de lecture (renseignements auprès du Comité des Fêtes)

Historique

Lalanne-Arqué située dans le comté d’Astarac était une ancienne dépendance du Temple de Boudrac en Haute-Garonne.
Au XIIè siècle, les chevaliers du Temple voulurent construire une bastide sur ce territoire. Le commandeur de Boudrac conclut alors un acte de paréage avec le comte d’Astarac le 17 juillet 1278. Ce sont les précepteurs d’Argenteins, Borderes et Vieuzos qui furent chargés de traiter avec le comte.
Il fût alors convenu de fonder la bastide sur les terres de Lalanne-Arqué et sur celles limitrophes de Coumes mais en ne prenant sur ces dernières qui appartenaient au comte que ce qui serait nécessaire à l’édification de la bastide.