Arrouède

La commune d’Arrouède est au croisement de la RD 128 reliant Panassac à Boulogne sur Gesse et de la D220 reliant Bézues-Bajon à Mont-d’Astarac. Elle est jouxtée au nord par Bézues-Bajon, à l’est par Cabas-Loumassès, au sud par Mont-d’Astarac et Manent-Montané puis à l’ouest par Panassac et Chélan. Son relief est caractéristique des vallées dissymétriques de l’Astarac et offre de belles perspectives sur la chaîne pyrénéenne.

Arrouède (Arroeda en gascon) viendrait du latin « roboreta » qui signifie « la rouveraie », lieu planté de chênes rouvres.

Mairie

Adresse : Le Village
32140 Arrouède
Tél: 05 62 66 16 81
rf.eg1510986503naro@1510986503edeuo1510986503rra.e1510986503iriam1510986503

Maire : DUCOS Michel
Secrétaire :
Mme LATTERRADE Nathalie
Heures d’ouverture :
Jeudi de 13h00 à 19h00

Les élus

Maire : DUCOS Michel
Adjoints : 1er adjoint – ROGE Jacques / 2ème adjoint – SEREUSE Christophe
Conseillers municipaux : QUERE Alain, LABAT Alain, LEGROS Claudine

Des chiffres

Altitude : 321 m
Superficie : 6,33 km²
Population : 101 habitants
Nom des habitants : Arrouèdais

Distance
Auch :  35 km
Toulouse : 90 km
Tarbes :  74 km

Festivités-Animations

  • Fête communale : 22 juillet 2017
  • Salle des fêtes – capacité d’accueil de 200 personnes (renseignements auprès de la mairie)
  • Foyer rural
  • Associations de chasse

Historique

Derrière l’église, un vaste ouvrage circulaire entouré de fossés ennoyés semble avoir pu porter le château cité en 1274.
Plusieurs personnalités sont liées à la commune, tel Bernard de Castelbajac qui par son mariage avec Jeanne de Panassac, devint seigneur d’Arrouède en 1340. Les Castelbajac conserveront les terres arrouèdaises jusqu’en 1688. À cette date, les terres deviennent propriété de la famille Béon de Massès et ce  jusqu’en 1758. Ces terres reviendront ensuite à la famille Timbrune-Valence.
Au XIX° siècle, la proportion des terres labourables était moins importante qu’aujourd’hui. La surface des bois et des landes a quant à elle fortement diminué et on note une disparition quasi complète de la culture des vignes. Il y a actuellement 4 agriculteurs sur la commune. Ils cultivent essentiellement des céréales et élèvent des vaches laitières.
Durant les heures plus sombres de l’Histoire de France, la commune perd huit de ses enfants à la guerre de 1914-1918 et en mai-juin 1944, un groupe de 21 maquisards séjournant au « Haouret » est obligé de fuir pour échapper à une expédition militaire de la Milice. Le groupe emmené par Félix Péri franchit le Gers et se réfugie à Monlaur-Bernet. Le 7 juillet 1944, ces maquisards seront à Meilhan où une colonne de la Wehrmacht perpétrera un massacre.